FANDOM


Cet article est une ébauche à compléter,
vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.

L'évangile vient d'un mot grec qui signifie Bonne Nouvelle. Dans le christianisme le mot évangile désigne plus particulièrement les écrits qui relatent le message de Jésus-Christ, le Messie. L'évangile est un genre littéraire qui demande des méthodes d'analyse spécifique. Il y a 4 évangiles dans le Nouveau Testament.

Genèse de l'évangile Modifier

Ancien testament Modifier

Au début, l'évangile est d'abord une proclamation orale : Jésus proclamait l'évangile de Dieu et disait : 'le temps est accompli et le Règne de Dieu s'est approché (Mc 1,14-15). Le vocabulaire qui désigne dans la bible l'évangile est :

  • besorah (nouvelle)
  • basser (porter une bonne nouvelle)
  • euangelion (grec : bonne nouvelle)
  • euangelizomai (annoncer une bonne nouvelle)

Cet emploi d'évangile comme nouvelle se retrouve dans l'ancien testament (2 S 4,8s ; 2 S 18,19s). Chez Isaïe, cette nouvelle est associée au salut : Qu'ils sont beaux sur les montagnes, Les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, Qui publie la paix! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, Qui publie le salut! De celui qui dit à Sion: ton Dieu règne! (Is 52,7). ou encore L'esprit du Seigneur, l'Éternel, est sur moi, Car l'Éternel m'a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance (Is 61,1).

Jésus et l'évangile Modifier

L'évangile est donc d'abord un enseignement oral. Jésus reprendra ce thème : il se place dans la mouvance baptiste du renouveau religieux de l'époque (Mc 1,9) mais ne reste pas dans le désert et commence une activité de prédicateurs itinérants et fonde une communauté de disciples qu'il envoie porter l'évangile. L'évangile de Jésus, la base de son enseignement oral est le Royaume de Dieu qu'il annonce avec autorité et qu'il accompagne de signe : il fait des miracles, expulse les démons, remet les péchés : Mais, si c'est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. (Lc 11,20). Ainsi est montré la présence et la force de ce royaume divin que Jésus prêche.

Après la mort de Jésus et sa résurrection, le mystère pascal va renouveler la compréhension de la prédication évangélique. Un transfert de sens s'opère du message au messager lui-même : Jésus annonce un royaume dont il est fait roi par sa résurrection. La proclamation évangélique devient unique et originale : elle proclame Jésus, Christ mort et ressuscité. Avant, l'évangile était la proclamation du Royaume de Dieu par Jésus, mais à la lumière de la résurrection, cet évangile est devenu Jésus lui-même. C'est un appel vibrant à croire en Jésus Christ.

De Jésus au nouveau testament Modifier

Chez Paul, l'évangile est une préoccupation majeure (60 occurrences) : il est la réconciliation de Dieu avec les hommes par l'incarnation, la mort et la résurrection de Jésus. Je vous rappelle, frères, l'Evangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain.Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures; et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze. Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts. Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton; (1 Co 15,1-5). Ce kérygme est la base de l'évangile (voir aussi Rm 1,1-4 ; Ac 2,22-36).

Cet proclamation et cette invitation étant au cœur du Nouveau testament, celui-ci se développe non pas dans une perspective historico-critique (qu'elle n'exclut pourtant pas : cf. Lc 1,1-3) mais dans un effort de relecture de l'évènement Jésus à la lumière de Pâques. Évangile et témoignage deviennent intimement liés. Le Jésus référé des évangiles est moins le personnage historique que celui qui, ressuscité, continue d'agir et de parler au sein de la communauté ecclésiale. Et parce que cette personne qui vit dans la lumière de la résurrection est une personne historique, on raconte son histoire. La finalité est religieuse, à savoir centrer un message sur la croix et la résurrection. Il ne s'agit pas d'une biographie ou d'une chronique mais d'un document de la foi.

Ce kérygme s'étoffe ainsi peu à peu pour commencer à la prédication de Jean Baptiste, puis par Jésus Christ appelant ses disciples et prêchant l'évangile et se termine par sa passion, sa résurrection et l'envoi en mission. On parvient ainsi à une narrativisation de l'évangile la première fois dans l'évangile selon saint Marc : la bonne nouvelle est exposé dans le cadre schématisé de la vie de Jésus, sous forme narrative à l'aoriste. On voit ici l'évolution sémantique du mot évangile de Paul à Marc : pour saint Paul, proclamer l'évangile, c'est proclamer le Christ lui-même. Marc développe se thème et l'enrichit en faisant une œuvre littéraire centrée autour de l'Évènement Jésus Christ. Paul pense l'évangile comme annonce de la passion et de la résurrection, pour Marc, c'est toute l'existence de Jésus Christ, relue à la lumière de la résurrection qui devient évangile.

Les Évangiles canoniques Modifier

De nombreux récits nous sont parvenus, aucun n'a été rédigé directement par le Christ ou à l'époque des évènements qu'ils racontent. Au contraire la disparition des premiers témoins a fait naître la nécessité de coucher par écrit les souvenirs qu'ils avaient transmis, par des Apôtres qui avaient été des témoins directs (Matthieu et Jean) ou par des disciples, témoins directs (Marc, très proche de Pierre) ou indirects (Luc, très proche de Paul) : les Evangélistes.

Pour garder la mémoire de l'annonce par le Christ de l'Évangile, l'Église retiendra quatre récits dans le canon des Écritures :

Ces quatre évangiles, appelés canoniques parce qu'ils ont été reconnus comme inspirés à leurs auteurs humains par l'Esprit-Saint, constituent le cœur du Nouveau Testament. Ils ne constituent pas à simplement un récit historique ; ils sont une annonce du salut, par le récit des plus importants événements et paroles qui ont marqué la venue du Christ.

Il y a d'autres "évangiles" non retenus dans le canon. Ces récits primitifs ou tardifs de la vie et de la pensée du Christ qui n'ont pas été retenus — par exemple l'évangile de Jacques et l'évangile de Judas — sont appelés évangiles apocryphes.

Parmi les quatre évangiles, les nombreuses similitudes entre les trois premiers suggèrent un lien de parenté entre eux ; on les désignent sous le nom d'évangiles synoptiques. L'évangile selon saint Jean diffère fortement des trois autres. Fait par un témoin direct, ce récit, postérieur aux autres, est structuré comme un exposé théologique.

Évangile et prièreModifier

La méditation des mystères du Rosaire est une sorte de résumé de l'Évangile. L'annonce de l'Évangile par le Christ est un mystère lumineux du Rosaire.

La lecture de l'Évangile (extrait d'un des quatre évangiles) est un moment important de la messe: il s'écoute debout.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard