FANDOM


Cet article est une ébauche à compléter,
vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.


Le mot autel vient du latin altare qui signifie élevé (racine "altus").

L'idée originelle est que pour s'adresser à Dieu, il faut monter. Dieu, ou le monde divin (selon les religions), lui, va descendre. De là vient l'importance du haut-lieu, lieu de culte, lieu de relation au divin, lieu de rencontre. L'autel est comme le point focal du haut-lieu, le lieu saint par excellence.

Ce qu'on y place est remis à Dieu, devient saint (séparé du monde pour Dieu), consacré. Le faire brûler, c'est à la fois purifier et faire monter au ciel. Manger une partie de ce qui a été offert devient un signe de convivialité, de communion.

L'autel dans la bible Modifier

Ancien Testament Modifier

Hébreu : מזבח ("mizbeaḥ") qui vient du verbe זבח (tuer en vue d'un sacrifice, offrir en sacrifice). L'autel est le lieu du sacrifice.

Les textes sont trop nombreux pour être tous passés en revue[1].

Nouveau Testament Modifier

Grec : θυσιαστήριον ("thusiastèrion").

Le mot est formé de θυσία[2] (thusia), le sacrifice, l'offrande, la victime ; et d'un suffixe -στήριον[3] qui indique le lieu où l'on place l'offrande.

Dans la conception grecque, l'autel est donc essentiellement le lieu où est déposé, réalisé, le sacrifice.

Réf. dans le NT :Mt 5²³; 23¹⁸.³⁵; Lc 1¹¹; Rm 11³; 1Co 9¹³; 10¹⁸; Hb 7¹³; 13¹⁰; Jc 2²¹; Ap 6⁹; 8³.⁵; 9¹³; 11¹; 14¹⁸; 16⁷. Le livre de l'Apocalypse se signale par 7 emplois sur 17 pour tout le NT.

L'autel chez les chrétiens Modifier

L'autel est la table sacrée sur laquelle le prêtre offre le sacrifice eucharistique.

L'autel est situé dans le chœur d'une église ou dans des chapelles latérales.

Originellement, il s'agit de la pierre du sacrifice et c'est encore le cas aujourd'hui puisqu'on y célèbre le sacrifice de la messe. La marque de la consécration d'un autel est ce qu'on nomme la pierre d'autel, qui inclut des reliques de saints et est marquée de 5 croix correspondant aux 5 plaies du Christ. C'est sur cette pierre que le prêtre consacre le pain et le vin. Parfois, c'est l'ensemble de l'autel qui est constitué par la tombe d'un saint.

  • Au monastère de Mar Sarkis, en Syrie, la table d'autel comporte un rebord et une rigole pour contenir le sang.
  • À l'église Saint Sernin de Toulouse, l'autel majeur est une pierre de sacrifice païenne "recyclée" dans le culte chrétien. Il comporte aussi un rebord et une rigole pour canaliser le sang.

Notes:

  1. Notes de la TOB (1988) comportant une note importante sur l'autel : Ex 30.1 ; Jos 22,10.28 ; 1R 13,2 ; Ez 41,22 & 43,13 ; Am 9,1
  2. Le verbe d'origine, θύω, signifie sacrifier, égorger, abattre.
  3. racine στα- (être là) combiné avec le suffixe -τήριον (lieu de l'action).

Bibliographie Modifier

  • Robert Cabié, L'Eucharistie, vol II de L'Église en prière (Édition Nouvelle), Desclée, 1983, 288p. ISBN 2-7189-0236-1. Voir l'index au mot "Autel".
  • Dom Robert LE GALL, Dictionnaire de la liturgie, art. "Autel", C.L.D., Chambray, 1982, 279p. ISBN 2-85443-049-2
  • Collectif, Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, art. "Autel", Tome 1, Letouzey et Ané, Paris, 1907.pt-br:Altar

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard