FANDOM


Le Cantique des cantiques est le vingt-deuxième livre de l'Ancien Testament et le cinquième des livres poétiques.


La Bible est la bibliothèque sacrée que Dieu a voulue pour son peuple, c'est le "livre" par excellence ("Bible" vient du grec biblia, qui est un pluriel : les livres), qui rassemblent les écrits que Dieu a inspiré à leurs rédacteurs humains au cours de l'histoire sainte.

La Bible chrétienne comporte l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, deux ensembles d'écrits inspirés étroitement unis : l'Ancien prépare le Nouveau, le Nouveau accomplit l'Ancien ; l'Ancien a été reçu dans le judaïsme hellénisé, le Nouveau est né dans ce milieu. La liste des écrits inspirés a été établie par la tradition et l'autorité de l'Eglise : c'est le canon des Écritures.

La Constitution dogmatique Dei Verbum, l'un des documents les plus importants du Concile Vatican II, a amené dans le monde catholique à un approfondissement du rôle et de la compréhension de la Bible dans l'Eglise, et a donné un nouvel élan à son étude.

Livres inspirés Modifier

Le christianisme n'est pourtant pas d'abord une "religion du livre" : la Parole de Dieu s'est révélée de manière ultime dans la personne du Christ, Verbe fait chair. A la différence de religions qui font de leur livre saint un texte littéralement "tombé du ciel" (un livre révélé par Dieu aux hommes), le christianisme possède au cœur de sa tradition un livre inspiré à des hommes par Dieu). Les auteurs sacrés, inspirés par l'Esprit saint, n'en sont pas moins de vrais auteurs qui écrivent dans la langue et avec les symboles et le style de leur temps.

La rédaction des livres bibliques et leur "réception" en tant que livres inspirés constituent un processus progressif, qui s'est achevé durant les premiers siècles de l'Eglise. La proclamation, l'étude et la méditation de ces livres se poursuivent et se poursuivront tout au long de l'histoire.

Parole à proclamer Modifier

Au-delà de la lettre, le christianisme cherche l'esprit : la Bible est d'abord un message, une bonne nouvelle (évangile) à proclamer. Il faut donc l'apporter à toutes les cultures et civilisations humaines, et pour ce faire la traduire dans toutes les langues de l'humanité.

Les textes originaux de la Bible furent écrits essentiellement en hébreu et aussi en araméen et en grec (pour l'Ancien Testament), uniquement en grec pour le Nouveau Testament. Saint Jérôme a établi la première traduction latine scientifique de la Bible, qui servit de référence pendant des siècles (la Vulgate). Durant le Moyen Âge, c'est le livre qui a été le plus souvent recopié, puis ce fut le premier livre à être imprimé. C'est, aujourd'hui comme dès la fin de l'Antiquité, le livre le plus lu et le plus traduit dans le monde.

Révélation à étudier et à méditer Modifier

La proclamation de l'Evangile et de la Parole de Dieu, et son explication, sont faites régulièrement dans la liturgie de la messe (liturgie de la Parole ou "messe des catéchumènes"). La liturgie des heures médite et "prie" aussi la Parole de Dieu, spécialement les Psaumes et les Cantiques inspirés.

L'étude méditative de la Bible est appelée lectio divina. A cette lecture mystique s'ajoute l'étude scientifique - l'une nourrit l'autre - appelée "exégèse". L'étude du sens de la Bible permet d'approfondir la compréhension de la révélation et d'étayer le travail théologique. Les découvertes de l'archéologie et les progrès de l'histoire et de la critique permettent de mieux comprendre le contexte de la naissance de la Bible et la signification littérale du texte pour les contemporains qui l'ont reçu les premiers ; à cette étude s'ajoutent d'autres lectures, comme celle qui consiste à dégager de l'ensemble de la Bible la continuité et la cohérence qui est celle de l'unique Esprit qui parle à travers des textes rédigés en plusieurs langues sur plus d'un millénaire.

Le pape Benoît XVI a déclaré, à ce sujet (22 février 2007, adresse aux curés du diocèse de Rome) : « La Bible, dans son intégralité, est une chose très grande et à découvrir petit à petit... Un premier point me semble être de lire l’Ecriture Sainte dans son unité et dans son intégralité. Les parties seules sont des parties d’un chemin et c’est seulement en les voyant dans leur intégralité comme un chemin unique, où une partie explique l’autre, que nous pouvons comprendre cela... La lecture de la Sainte Ecriture doit toujours être une lecture dans la lumière du Christ... Le vrai propriétaire de la Parole est toujours le peuple de Dieu, guidé par l’Esprit Saint, et l’inspiration est un processus complexe : l’Esprit Saint conduit en avant, le peuple reçoit. Il est, par conséquent, le chemin d’un peuple, du peuple de Dieu. L’Ecriture Sainte doit toujours être bien lue. Mais cela ne peut se faire que si nous cheminons à l’intérieur de ce sujet qu’est le peuple de Dieu, qui vit, est renouvelé par le Christ mais garde toujours son identité... Ensuite, je dirais qu’il y a trois dimensions en rapport entre elles. La dimension historique, la dimension christologique et la dimension ecclésiologique - du peuple en chemin - se compénètrent... La parole reste toujours beaucoup plus grande que ce que tu as pu comprendre. Et cela doit être dit aujourd’hui de façon critique à l’égard d’une certaine partie de l’exégèse moderne, qui pense avoir tout compris et que par conséquent, après l’interprétation élaborée par elle, on ne peut désormais rien dire de plus. Cela n’est pas vrai. La Parole est toujours plus grande que l’exégèse des Pères et que l’exégèse critique. »

ChronologieModifier

  • 69 : Première rédaction de l'Apocalypse
  • 90 /95 : Synode juif de Jamnia qui canonise les textes de l'Ancien Testament dans un sens restrictif (en abandonnant la Bible grecque des Septante)
  • 180 : le père et docteur de l'Eglise, saint Irénée cite les 4 évangiles
  • 200 : Canon dit de Muratori qui regroupe les textes catholiques, c'est-à-dire que Monsieur Muratori a fait la liste de tous les livres composant la Bible catholique.
  • 364 : "Canonisation" formelle des 4 Evangiles (Marc, Luc, Matthieu, Jean) au concile de Laodicée. Les autres (plus d'une centaine) sont déclarés faux, non authentiques, apocryphes.
  • 397 : Canonisation des épîtres au concile de Carthage, ainsi que les Actes des Apôtres. A cause des divergences sur son contenu, l'Apocalypse de Jean a été le dernier livre de la Bible a être reçu officiellement. Elle a été canonisée presqu'à la fin du concile de Carthage. C'est pourquoi elle est placée à la fin de la bible et non parcequ'elle signifie la fin comme disent les protestants.
  • 495 : Décret du pape Gélase Ier condamnant les livres dit non authentiques comme les évangiles apocryphes et interdit leur lecture pour que les faibles et les petits ne soient pas abusés par des écrits mensongers et tronqués.
  • 1214 : l'archevêque anglais, Etienne Langton divise la bible en chapitres.
  • 1382 : John Wycliffe traduit la bible du latin en anglais de son temps.
  • 1455 : Gutenberg (1397-1498) invente l'imprimerie . Il imprime son premier livre : la bible de saint Jérôme, la Vulgate (version latine).
  • 1488 : Première version complète de la bible juive.
  • 1516 : Erasme fait paraître la première édition imprimée complète du texte grec du Nouveau Testament.
  • 1518 : Impresssion de la version des Septante de la bible hébraïque.
  • 1526 : L'anglais William Tyndale sort son Nouveau Testament dans sa langue maternelle.
  • 1546 : Le concile de Trente proclame le dogme de l'inspiration des Écritures saintes.
  • 1555 : Robert Etienne introduit la numérotation par versets
  • 1859 : Konstantin von Tischendorf trouve dans un monastère du Sinaï l'un des deux plus anciens manuscrits du Nouveau Testament, dénommé Sinaïticus (IVe sièle de notre ère).
  • 1907 : Le pape Pie X charge une équipe de bénédictins de préparer une nouvelle édition de la Vulgate de saint Jérôme.

Chronologie des traductions de la BibleModifier

  • 1534 : Première Bible en français par Lefevre d'Étaples
  • 1864 : Traduction des évangiles par le chanoine Augustin Crampon
  • 1876 : Version du théologien protestant Louis Segond
  • 1894 : Bible d'Augustin Crampon
  • 1948 : Bible protestante du Centenaire
  • 1956 : Bible de Jérusalem et traduction du dominicain français Edouard Dhorme.
  • 1972 : traduction œcuménique du Nouveau Testament
  • 1975 : Traduction œcuménique (catholique et protestante) de l'Ancien Testament (T.O.B.)
  • 1994 : Bible des communautés chrétiennes (par deux frères prêtres tous les deux)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Bibliographie d'introductionModifier

  • J.-P. Bagot & J.-Cl. Dubs, Pour lire la Bible, Les Bergers & les Mages - Cerf, Paris, 1983. ISBN 2-85304-061-3. Collaboration catholique - protestant + imprimatur.
Extrait de la préface de Maurice Carrez : "Pour ouvrir la Bible" met à votre disposition :
  • une présentation de la Bible, de sa signification, de ses écrivains
  • un petit guide pour chaque livre
  • quelques repères historiques, géographiques.
  • Dans l'excellente revue Cahiers EVANGILE, voir en particuliers
    • le n°10, Étienne Charpentier, «Pour une première lecture de la Bible» (Ancien Testament, Inter Testament, Nouveau Testament). La bibliographie date un peu, mais il y a encore de très bonnes choses. Mise à jour au n°124.
    • le n°122 : Olivier Artus, "La géographie de la Bible", déc. 2002.
    • le n°123 : Collectif, "50 mots de la Bible", fév. 2003.
    • le n°124 : Collectif, "1000 livres sur la Bible", juin 2003.
    • le n°131, Jacques Briend, Olivier Artus, Damien Noël, "Archéologie, Bible, Histoire", mars 2005.
t. 1. Introduction générale, Ancien Testament.
t. 2. Nouveau Testament.
  • Wilfrid Harrington, Nouvelle introduction à la Bible, Seuil, Paris, 1971. ISBN 2-02-003240-6 + imprimatur.
Réunit trois ouvrages de l'auteur publiés à Chicago en 1965, intitulés "Record of Revelation, the Bible" ; "Record of the promise, the Old Testament" et "Record of the fulfillment, the New Testament".

Paul BeauchampModifier

LivresModifier

  • 1977 : L'Un et l'Autre Testament, Essai de lecture, Vol. 1, Seuil, coll. "Paroles de Dieu", Paris.
  • 1982 : Le Récit, la Lettre et le Corps, Essais bibliques, Cerf, Coll. Cogitatio Fidei n°114, Paris. ISBN 2204019186.
  • 1990 : L'Un et l'Autre Testament, Vol. 2 : Accomplir les Ecritures, Éditions du Seuil, Coll. " Paroles de Dieu " n°28, Paris. ISBN 2020114240.

ArticlesModifier

  • 1962 : Articles « Lecture chrétienne de la Bible », « Les difficultés de la Bible (1) et (2) », « La Bible lue par les saints : Thérèse de Lisieux », dans la revue Vie chrétienne.
  • 1963 : Articles « Bible et vérité », « Faut-il lire la Bible ? », dans la revue Vie chrétienne.
  • 1977 : « Lire la Bible », dans la revue Documents Épiscopat n°9.
  • 1978 : « L'Esprit Saint et l'Écriture biblique », dans la revue L'Esprit Saint,Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, p.39-63 (repris dans Le Récit, la Lettre et le Corps, 1982 et 1992).
  • 1982 : « Qu'est-ce qu'être héritier de la Bible aujourd'hui ? », dans le numéro hors-série Juifs et chrétiens face au néo-paganisme de la revue Sens. Juifs et chrétiens dans le monde d'aujourd'hui, mars, p.75-89.
  • 1984 : Articles « La Bible parole de Dieu et parole l'homme », « Nouveau profil du lecteur de la Bible », (provenant de conférences à l'église Saint-Ignace) dans la revue Croire aujourd'hui p.603-616 & 644-656 ; et repris en 1987 dans la revue Parler d'Écritures saintes.
  • 1985 : Articles « Un livre au pluriel », « Un livre un et multiple », « La Bible : Adam », « La Bible : Abraham, l'Exode, Balaam », « La Bible, Israël et les Nations », dans la revue Croire aujourd'hui.
  • 1992 : « Accomplir les Écritures. Un chemin de théologie Biblique », dans la Revue biblique. [Centenaire 1892-1992] n°99, p.132-162.
  • 1994 : « La Bible, livre d'espérance », dans la revue Études n°381, p.69-78.
  • 1994 : Art. « La lecture biblique, un exercice » dans la revue Cahiers pour croire aujourd'hui n°147.
  • 1998 : Articles « Accomplissement des Écritures », « Biblique (théologie) », « Sens de l'Écriture », dans Jean-Yves Lacoste (Dir.), Dictionnaire critique de théologie, Presses Universitaires de France. ISBN 2130488250. Réédition même éd. dans la Coll. Quadrige, 2002. ISBN 2130529046

AutresModifier

  • 1994 : Claude Coulot (Dir.), CERIT, Exégèse et herméneutique. Comment lire la Bible ?, Cerf, Coll.«Lectio divina» n°158, Paris.ISBN 2204050687.
  • 1995 : R. Kuntzmann (Dir.) Ce Dieu qui vient : études sur l'Ancien et le Nouveau Testament offertes au professeur Bernard Renaud l'occasion de son soixante-cinquième anniversaire, Cerf, Coll. Lectio divina n°159, p.137-155. ISBN 2204050830.
Portail Bible - Accédez d'un seul coup d’œil à toute la série des articles de WikiKto concernant la Bible.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard